Le Brandberg

Découvrez "Le Brandberg "Découvrez la région avec notre agence locale

Les éléphants du désert

Les éléphants du désert ne sont pas une espèce distincte d'éléphant mais sont des éléphants de brousse africaine qui ont élu domicile dans le désert de Brandberg. On croyait à une époque qu'ils étaient une sous-espèce de l'éléphant de brousse africaine, mais ce n'est plus considéré comme étant le cas. Les éléphants du désert étaient avant plus répandus en Afrique et actuellement ne se trouvent qu'en Namibie et au Mali. Ils ont tendance à migrer d'un point d'eau à un autre en suivant les voies traditionnelles qui dépendent de la disponibilité saisonnière de nourriture et d'eau. Ils font face à la pression du braconnage et des changements dans l'utilisation des terres par les humains.

De temps en temps, des troupeaux entiers se déplacent vers les villages où ils viennent chercher l'eau des puits et même détruire les canalisations afin de boire. Ils jouent et ils repartent selon la hiérarchie dans la brousse.

Les éléphants du désert
Randonnée sur le Bransberg, avec consignes de sécurité

Randonnée sur le Bransberg, avec consignes de sécurité

Le mont Brandberg est situé dans l'ancien Damaraland, aujourd'hui Erongo, dans le désert du nord-ouest du Namib, près de la côte, et couvre une superficie d'environ 650 km². Avec son point culminant, le Königstein (allemand pour « Pierre Reine »), situé à 2 573 m au-dessus du niveau de la mer et situé sur les plateaux de plaines de Namib, il peut être vu de très loin. Il y a différentes routes menant vers le sommet, la plus facile (la plus raide) étant la vallée de la rivière Ga'aseb, mais d'autres routes incluent les vallées des rivières Hungurob et Tsisab. Le village le plus proche est Uis, à environ 30 km de la montagne.

Les consignes de sécurité sont très importantes, car nous sommes dans un désert, avec des températures élevées, un terrain peu propice avec des éboulis de pierres. Il y a malgré tout une vie animale intéressante avec des mammifères comme springboks, rhinocéros noirs et les éléphants. De nombreuses variétés de scorpions sont également présentes, il faut donc prendre des précautions particulières. Les meilleurs moments pour découvrir le Bransberg reste le lever et le coucher du soleil où la luminosité sur la pierre rouge est unique.

La gravure de White Lady

Afin d'atteindre cette gravure il faut traverser les éboulis chaotiques de granit rouge et découvrir la flore qui y survit, les sources d'eau ici et là. Les nombreux témoignages picturaux montrent que ce site était autrefois un lieu sacré. En effet, cet endroit magique, où le désert rencontre le marécage, abrite de magnifiques peintures rupestres telles que la légendaire « White Lady ». Découvrez ce qu'est la « Dame Blanche », l'une des quelques 45000 peintures rupestres dessinées à l'époque préhistorique dans un millier de sites, présente sur une partie de frise dans un rocher qui surplombe le ravin Tsisab. Les figures principales de la frise furent autrefois interprétées comme des personnages de l'Egypte ancienne ou de Crète antique. Il est aujourd'hui reconnu que les indigènes, très probablement les chasseurs San, furent à la fois les auteurs et les sujets de ces peintures.

C'est l'abbé Henri Breuil, anthropologue, qui travailla pour déterminer l'origine de cette fresque en 1945 découverte en 1918 par l'explorateur allemand Reinhart Maack.

La gravure de White Lady

La Namibie est pour moi le pays d'Afrique Australe le plus sauvage, hors sentiers battus.

En dehors de la route principale qui sert de colonne vertébrale au pays, on se retrouve toute de suite sur des pistes de cailloux, certaines damées..., parmi un paysage aride toujours différents.

Les étendues rouges parsemées du bush ras et épineux des abords du désert du Kalahari n'ont rien à voir avec les dunes orangées du désert du Namib !

Pas plus que les rochers en forme d’œufs à perte de vue du Damaraland ne peuvent se comparer au Kaokoland entre Etosha et Atlantique.

Et pourtant la constante de l'aridité, des couleurs saturées, de la nature sauvage, est toujours là.
La Namibie, c'est l'Outback version africaine !

L'anecdote du chef de destination