Le Kalahari

Découvrez "Le Kalahari "Découvrez la région avec notre agence locale

Description des paysages

S'étendant sur près de 900 000 km², le Kalahari est un vaste bassin intérieur couvert d'une épaisse couche de sable variant de 15 mètres à 50 mètres de profondeur. Il recouvre aujourd'hui la majeure partie du Bostwana, ainsi que des terres de Namibie (le quart sud-est) et d'Afrique du Sud.

La majorité des dunes du Kalahari sont longitudinales et parallèles entre elles. Leur longueur varie de 5km à 50 km, selon un axe Nord-Ouest au Sud-Est correspondant au vent historiquement dominant.

Elles sont généralement couvertes d'une végétation qui les stabilisent et les empêchent de se déplacer de façon importante. Leur sable est d'une remarquable finesse. Sa couleur rouge brique provient d'un minerai de fer, l'hématite, caractéristique des zones arides très chaudes.

L'amplitude thermique dans le Kalahari est très importante. En été, les températures peuvent dépasser 40°C, alors que le gel est fréquent les nuits d'hiver. La saison « humide » s'étend de Janvier à Avril.

Le Kalahari est essentiellement composé de savane aride (plaines d'herbe et d'acacias) et de savane arborée (végétation intermédiaire). L'herbe apparaît pendant la saison des pluies.

En fait, le Kalahari n'est pas un véritable désert, au sens strict du terme, car aucune de ses zones ne reçoit moins de 100 mm de pluie par an (sauf année de sécheresse), or les déserts proprement dits sont généralement caractérisés par des précipitations annuelles ne dépassant pas 25 mm.

Le peuple San, entre Namibie, Afrique du Sud et Botswana

Les Sans sont un ensemble de peuples autochtones d'Afrique australe. Le terme San tend à remplacer Bochiman (homme du bush), utilisé durant la période coloniale. Les San seraient présents dans la région depuis 44 000 ans. Persécutés par les Bantous et les Boers puis marginalisés par les colons britanniques, ils vivent aujourd'hui principalement dans le désert du Kalahari. Ils sont désormais largement sédentarisés et ne seraient plus qu'environ 100 000.

Aujourd'hui relégués sur l'une des terres les plus ingrates du monde, le désert du Kalahari, les Bochimans risquent encore de devoir migrer car le gouvernement du Botswana affirme vouloir les intégrer aux bienfaits de la civilisation mais, selon les intéressés, il s'agit surtout de laisser la place à la prospection diamantaire.

Les Bochimans sont des chasseurs-cueilleurs qui, pendant des milliers d'années, ont trouvé leur subsistance dans le désert grâce à leurs connaissances et à leurs compétences. Ils chassent ' principalement plusieurs espèces d'antilopes ' mais leur nourriture quotidienne a toujours été surtout constituée de fruits, baies et racines du désert. Ils se construisent des abris de bois temporaires. Beaucoup d'entre eux ont été forcés de quitter leur territoire et de vivre dans des villages situés dans des zones peu favorables à la chasse et à la cueillette.

Keetmanshoop et ses Quiver trees

Keetmanshoop est une ville du sud de la Namibie de 17.000 habitants. Elle est située à la fois sur la voie ferrée TransNamib et au croisement de la route nationale B1, principal axe nord-sud du pays, et de la route nationale B4 menant à Lüderitz. Elle est le principal centre économique de la région et un point d'accès habituel vers les sites touristiques du sud du pays.

Du point de vue environnemental, la ville est située à 20 km de la forêt typique de Quiver trees (Kokerboom). Le Kokerboom est une des plantes les plus intéressantes et caractéristiques des régions chaudes et arides de la Namibie. A proprement parler, ce n'est pas un arbre, mais une variante de plante aloès dont le nom botanique est Aloe Dichotoma.

Le Kokerboom est un « arbre » au tronc lisse et épais atteignant jusqu'à un mètre d'épaisseur à la base et neuf mètres de hauteur. Les branches étaient utilisées pour faire des flèches.

On le rencontre généralement seul et par endroits en larges coupes créant l'effet d'une forêt. Le Kokerboom se propage par semence de graines. Il fleurit pour la première fois à l'âge de 20 à 30 ans, les fleurs sont jaunes et peuvent atteindre 30cm.La floraison a lieu en juin-juillet.

Keetmanshoop et ses Quiver trees

La Namibie est pour moi le pays d'Afrique Australe le plus sauvage, hors sentiers battus.

En dehors de la route principale qui sert de colonne vertébrale au pays, on se retrouve toute de suite sur des pistes de cailloux, certaines damées..., parmi un paysage aride toujours différents.

Les étendues rouges parsemées du bush ras et épineux des abords du désert du Kalahari n'ont rien à voir avec les dunes orangées du désert du Namib !

Pas plus que les rochers en forme d’œufs à perte de vue du Damaraland ne peuvent se comparer au Kaokoland entre Etosha et Atlantique.

Et pourtant la constante de l'aridité, des couleurs saturées, de la nature sauvage, est toujours là.
La Namibie, c'est l'Outback version africaine !

L'anecdote du chef de destination